©

Le dangereux Code Platon

Code secret, religion et théorie du complot... voici une annonce qui ressemble à un scénario de roman de Dan Brown. En effet, un historien des sciences de l'Université de Manchester, au Royaume-Uni, prétend avoir décrypté « le Code Platon », des messages symboliques cachés dans l'œuvre du philosophe Grec. A priori, rien de bien méchant. Sauf, qu'en fouillant un peu, on s'aperçoit que tout ceci est peut-être moins anodin qu'il n'y paraît.

Dans un article publié dans la revue Apeiron, le Dr. Jay Kennedy présente une théorie selon laquelle Platon utilisait un système de cryptage, dont la clé lui aurait été transmise par les disciples de Pythagore.
Sur le site Internet de l'Université Paris VI, Laurent Mazliak explique comment, un siècle plus tôt, le mathématicien eût une illumination: « Se promenant devant la boutique d'un forgeron, il fut frappé par le fait que les garçons de la forge, frappant sur la même enclume, en tiraient des sons très différents. Comparant la seule caractéristique qui différaient parmi les marteaux, à savoir combien ils pesaient, le philosophe fit la découverte qui lia à jamais la musique (ou plutôt le phénomène sonore) à la science des nombres: les intervalles musicaux étaient en correspondance avec la masse des marteaux. Par exemple, en frappant l'enclume avec un premier marteau, et un autre deux fois plus lourd, on obtenait une octave. Si on frappait avec un marteau de 8 livres, et un autre de 12 livres (rapport 3/2) on obtenait une quinte etc...»
Le professeur Kennedy prétend que Platon se serait inspiré des travaux de son prédécesseur pour donner une structure musicale à son œuvre. Après cinq années passées à étudier les textes du philosophe, le chercheur pense avoir trouvé la preuve que Platon aurait volontairement placé des groupes de mots selon un schéma pré-déterminé. Sur son ordinateur, le chercheur a reconstitué les manuscrits de Platon selon leur forme originale, c'est-à-dire des lignes de 35 caractères sans espace ni ponctuation. A quelques exceptions près, la structure des dialogues seraient basée sur des multiples de 1200. Il compte ainsi 1200 lignes dans L'Apologie de Socrate; 2400 dans Protagoras ou Cratyle, 3600 dans Gorgias, 12 000 dans La République... Nous savons que dans la Grèce Antique, les scribes étaient payés à la ligne et que les textes étaient divisés en stychos, correspondant à une longueur de douze pieds. Mais, selon le Dr. Kennedy, le philosophe grec aurait utilisé cette méthode pour intégrer des messages secrets à intervalles réguliers et garder une trace de leur position dans le texte. Ce système stichométrique utiliserait les douze notes de la gamme musicale grecque. Certaines seraient harmoniques, d'autres dissonantes. Les premières seraient associées aux scènes d'amour ou aux rires; les secondes aux épisodes guerriers, à la mort ou aux cris de douleur. Cette musique serait la clé du symbolisme de Platon.
Jay Kennedy (John Bernard Kennedy, Jr de son vrai nom) ajoute que le Code Platon anticipe de 2000 ans la révolution scientifique et la conception mathématique de la nature d' Isaac Newton. Le philosophe aurait ainsi découvert que le grand livre de la nature peut s'écrire en langage mathématique et le décryptage du message codé permettrait d'établir une relation entre science et religion. L'une des maximes de Platon n'était-elle pas : «Dieu, toujours, fait de la géométrie.»

Tout ceci semble bien énigmatique. Une question vient à l'esprit. S'agit-il d'établir la preuve d'un ordre scientifique de la nature? C'est-à-dire l'évidence d'un dessein divin ? Sur la page personnelle du professeur Kennedy, on peut lire: « Aujourd'hui, nous entendons beaucoup parler de la guerre culturelle qui opposent croyants et athées; ceux qui, d'un coté, souhaitent donner un sens à notre monde, et ceux, qui de l'autre, soutiennent le matérialisme et l'évolution » (autrement dit les théories de Darwin). Les journalistes ont reproduit dans leurs articles une autre citation de M. Kennedy: « Je n'était pas en possession d'une Pierre de Rosette. Je devais donc présenter des résultats rigoureux, basés sur des preuves solides et claires. (..) J'étais très excité. C'était un peu comme si, en ouvrant une tombe, j'avais découvert de nouveaux évangiles de la main même de Jésus Christ ». Il explique, par ailleurs, que les idées de Platon présentaient une menace pour la religion grecque puisqu'il considérait que l'Univers était gouverné par les lois mathématiques et non par les Dieux de l'Olympe. Socrate, avant lui, n'a-t-il pas été condamné pour hérésie? On doit donc comprendre qu'il ait préféré se faire discret lorsqu'il s'agissait de diffuser des doctrines religieuses.

La plupart des universitaires rejettent la théorie selon laquelle un code serait dissimulé dans l'œuvre de Platon.

Sources: Science Daily et Guardian

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : Jay Kennedy ; code platon ; Platon codage ;
Discussions
3 avis pour “Le dangereux Code Platon”
  1. C'est bien! Voici un type qui a découvert la poésie! Encore quelques années et il trouvera la recette de la gelée de groseilles.
    Si je poursuis le raisonnement, le mot est sans doute un peu trop fort, Gérard de Nerval a des écrits dignes d'un espion double et devrait être enseigné dans toutes les écoles d'espionnage.

    Que Platon ce soit essayé à la poésie pourquoi pas, surtout qu'il est plus facile de retenir un texte rythmé qu'un texte en prose.

    Quand aux journalistes qui relayent cette informationet y voit un scoop: bravo les gars! Si vous voulez de l'exclu allez lire le texte de Mr Sentis Scobidou scoop bidon (visitez son comptoir). Vous y trouverez autant de sensationnel que dans vos papiers mais l'humour en plus.

    De là à voir dans Platon un précurseur de Newton  hum hum Si dieu fait de la géométrie, est-ce que la géométrie a besoin de dieu pour exister? Les mathématiques n'hésitent pas par hasard. Les mathématiques sont les mots de la nature et je ne vois pas où un dieu quelconque aurait sa place ici. De ce point de vue, mathématiques et poésie (ou musique) sont deux formes d'une même idée.
    Des choses visibles donc concrètes ne peuvent s'expliquer que par une opération mathématique. La transformée de Fourier par exemple qui ouvre les portes entre espace réel et espace réciproque. L'espace réciproque est une notion ou un concept qui finalement peut dans certain cas apparaitre dans l'espace réel.  hum De la même manière, qu'une image peut nous être inspirée par une odeur ou une musique.

    Ainsi si un faisceau d'électrons est réfléchi par une surface: l'image formée, par le faisceau réfléchi, sur un tube cathodique va être constituée de lignes ou de points selon que la surface est plate ou rugueuse (taper RHEED sous google image pour trouver une illustration). Ce qui est visualisé sur l'écran est une vision de l'espace réciproque et ne peut être expliquée (i.e. faire un lien continu entre les électrons qui arrivent sur la surface et ces mêmes électrons réfléchis par cette même surface) que grâce aux mathématiques. La surface agit sur les électrons, naturellement, en effectuant une transformée de Fourier. C'est ici que l'on voit la force des mathématiques, elles permettent d'exprimer clairement et de manière formelle (i.e. définitive et précise) des phénomènes non concrets.

    Maintenant, ce n'est pas parce que la nature peut être décrite de manière mathématique que tout est calculé d'avance. Les mathématiques ne sont que des mots, la physique est la grammaire. On peut aligner les mots dans l'ordre que l'on veut, cependant pour être compris il faut les organiser suivant une grammaire précise. La physique se trouve donc limiter par la nature contrairement aux mathématiques. La base de la démarche scientifique réside sur des bases de statistique, toutes mesures, toutes observations sont accordées avec une barre d'erreur. Donc si ce qui observé est inexact comment en déduire une chose unique et certaine? Il n'y a pas de plan établi, mais chaque choix présent favorise un événement futur par rapport à d'autre. C'est le principe même de l'expérience scientifique: isolé les paramètres pour étudier leurs effets. Statistiquement, nous pouvons estimer l'événement à venir (c'est le principe même de la météo). Ici la notion de dieu disparait, chaque événement du passé réduit les possibilités à venir, pas besoin de prédestination. Il ne reste que des sélections naturelles et des adaptations aux choses de la nature.  A l'inverse il n'y a pas non plus d'aléatoire dans la nature, il ne se passe que des choses qui peuvent se passer.
    Rien n'évade de la grammaire et du vocabulaire!


    Soit I un idéal, démontrer que radical de I est un sous-idéal de I.

    Poésie ou mathématiques?




    Par Michey | jeudi 1 juillet, 14:15
  2. j'imagine (vermouth)
    dans 500 ans un alcoolique du 26ème siècle
    décrypter des messages subliminaux
    dans la foire fouille de mes écrits !!!!!
    Rigole Rigole Rigole Rigole
    quelle farce !
    ...
    ...
    encore que...
    ...et si c'était vrai...?
    ^^ hum

    Par SentisMental | vendredi 2 juillet, 12:01
  3. Entre un KO et une manif, je décode chez toi un amour profond caché pour la puissance zéro. 

    Par Michey | samedi 3 juillet, 11:08
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié