©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Le confort du dos d'Homo Sapiens.

Le site de Sibudu, en Afrique du Sud revient à la une de l'archéologie après la découverte d'une manufacture de pigments, la découverte de fléches en pierre taillée de 640000, c'est la découverte d'un matelas confectionné par nos ancêtres il y a 77000 ans, qui repousse de 50000 l'invention du matelas. Mais bien plus qu'un simple confort pour ses lombaires, Homo sapiens avait déjà découvert l'objet multi-fonctions.

La découverte a été faite par une équipe internationale composée de membres de l'Université de Witwatersrand (Afrique du Sud), de l'Université de Tübingen (Allemagne) et de l’Université de Boston (USA) et a été publiée dans le numéro du 9 décembre 2011 de Science.


Le matelas se présente sous la forme d'un quinzaine de couches d'un centimètre d'épaisseur. Ces couches sont composées de végétaux compactés. L'identification des végétaux a demandé des analyses précises car il était mélé à des sédiments. Des analyses de phytolithes, des concrétions de silice formées par les végétaux lors de leur croissance, leur ont permis de déterminer le type de plantes utilisées. Les couches sont constituées de laîches (utilisées également à notre époque pour le paillage des chaises ou encore pour cercler le livarot) et d'autres herbes poussant sur les rives de la rivière Tongati. Sibutu est environné d'un sol rocheux ce qui signifie que ces végétaux ont été amenés intentionnellement dans les cavernes. De plus, une étude plus détaillée de la structure des feuilles a montré que ces lits de végétaux avait été compressés et « piétinés » de nombreuses fois, ce qui conforte l'hyptohèse du matelas végétal
Autre fait remarquable, des feuilles de Cryptocarya woodii, ont aussi été retrouvées dans la litière. Ces feuilles proviennent d'un camphrier ou d'un laurier. Ces arbres produisent des feuilles odorantes qui ont la particularité de repousser les insectes et autres moustiques.

Les recherches ont aussi montré que les litières étaient régulièrement brulées durant les périodes d'occupation des grottes. Désinfection radicale? C'est l'hypothèse que retiennent pour le moment les archéologues. Ils suggérent en effet que les habitants des cavernes et donc les occupants des matelats, menaient une vie nomade et qu'à chaque réinstallation dans le site, ils nettoyaient la vermine par le feu. A défaut d'eau de javel pourquoi pas...


Sources:

Middle Stone Age Bedding Construction and Settlement Patterns at Sibudu, South Africa
Science 334,6061 (2011) 1388-1391
Lyn Wadley, Christine Sievers, Marion Bamford, Paul Goldberg, Francesco Berna, Christopher Miller

Site Sibutu de l'Université de Witwaterrand

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !
2 lien(s) pour “Le confort du dos d'Homo Sapiens.”
  1. http://lithos-perigord.org/
  2. http://lithos-perigord.org/spip.php?article1728
Suggestion de mots-clefs : matelas pregistorique material vegetal lourd ; confort prehistoire ; confort du dos ;
Discussions
Pas d'avis pour “Le confort du dos d'Homo Sapiens.”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié