©

La Prise de tête

Voici une nouvelle devinette. Selon vous, que faisait la dame sur la photo de gauche? Trois indices: elle ne se faisait pas une Permanente, elle ne testait pas un prototype permettant d'exécuter les condamnés à mort debout, l'objet qu'elle portait sur la tête est maintenant exposé au Museum of Questionable Devices à Minnéapolis.

Réponse:
La dame porte une coiffe métallique, appelée "Psychographe". Il s'agit d'une machine utilisée par les adeptes de la Phrénologie, une discipline fondée au 19ème siècle par le physicien allemand Franz Joseph Gall (1758-1828). Les tenants de cette théorie prétendaient déceler les facultés mentales des patients en inspectant les bosses de leurs crânes. D'où la célèbre expression « avoir la bosse des maths » ! Selon Gall on pouvait également déterminer certains traits de caractères des individus en observant la morphologie de leurs cerveaux : l'organe de l'amour physique, de l'esprit métaphysique, de la bienveillance, de la gaité, etc.

Henry Lavery imagina le premier Psychographe dès 1905 afin de faciliter le diagnostic des néphrologues. Il lui fallu cependant attendre un quart de siècle avant que son invention trouve un investisseur en la personne de Frank P. White. Le 29 janvier 1931, enfin, naissait la Psycograph Company dont le siège se trouvait à Minnéapolis.

Le patient devait s'assoir sur une chaise et coiffer un étrange couvre-chef. Ce casque, composé de près de 2000 pièces de métal était relié à un petit moteur. Il permettait de mesurer 32 points du crâne, correspondant à autant de caractéristiques psychologiques, puis de les classer sur une échelle croissante de 1 à 5, allant de « déficient » à « très supérieur ». Les mesures comportaient donc 160 critères, mais les combinaisons étaient illimitées. Les informations étaient ensuite imprimées sur un rapport qui établissait le profil du patient.

Trente trois machines ont été fabriquées entre 1931 et 1937 et une bonne partie vendue à des cinémas et des grands magasins où leur exposition avait beaucoup de succès. En France, les théories de Franz Joseph Gall furent rapidement discréditées par l'Académie des Sciences mais le Musée de l'Homme à Paris possède aujourd'hui encore une belle réserve de crânes « annotés par les Phrénologues ».

Si la théorie de Gall dans son ensemble était erronée, il faut néanmoins reconnaître que son intuition de départ était bonne. On sait aujourd'hui que le cerveau est, en effet, constitué de zones fonctionnelles (centres de la parole, de la vue, etc.).

Source:
History of Phrenology and the Psychograph

Site à visiter:
Psycograph advertising

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : tête de phrénologie ; bosse des maths allemand 19ème ; livre phrenologique de gall ;
Discussions
2 avis pour “La Prise de tête ”
  1. Oups petite erreur il ne s'agit pas de néphrologie, spécialité médicale visant à prévenir, diagnostiquer et soigner les maladies des reins.

    Mais de la Phrénologie, sciences qui prétendait que les bosses du crâne d'un être humain reflètent son caractère.

    Clin d'oeil

    Par Tekiro | vendredi 11 septembre, 20:10
  2. Merci Laurent, c'est corrigé !

    Par esperluette | lundi 14 septembre, 18:18
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié