©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Un robot du 18ème siècle: le Canard Digérateur

Notre curiosité du jour est un canard mécanique en cuivre doré, capable de boire, de manger, de digérer et même de déféquer. Un mécanisme programmable lui permet également de cancaner et de barboter comme un véritable oiseau aquatique. Il a été fabriqué en 1738 par l'ingénieur grenoblois Jacques de Vaucanson (1709-1782). Une exposition lui ai consacrée au Musée Dauphinois jusqu'au 31 décembre 2011.

Dans ses Chroniques à travers l’Allemagne et la Suisse (Berlin et stettin, 1783, I, p. 284), Ch. Nicolaï décrit ainsi l'automate: «Ce qui est particulièrement ingénieux dans ce canard c’est la façon avec laquelle l’animal avale sa nourriture. Cela se fait grâce à un petit soufflet aménagé tout en bas et qui, par des tuyaux, monte jusqu’au cou. Quand, par ce soufflet, l’air est aspiré dans le cou et que la nourriture remplit le bac, l’air extérieur doit l’y pousser. (…) Là, dans un petit espace, il a fallu construire un petit laboratoire chimique, pour en décomposer les principales parties intégrantes, et le faire sortir à volonté, par des circonvolutions de tuyaux, à une extrémité de son corps tout opposée. »

En dépit des remarques ironiques de nos voisins européens et des réclamations de quelques dames bien-pensantes (qui suggèrent qu'on couvre son indécent appareil digestif), le canard de Vaucanson remporte un succès phénoménal. Voltaire dit à ce sujet: "Sans...le canard de Vaucanson vous n'auriez rien qui fit ressouvenir de la gloire de la France.". Cette phrase fait la joie des britanniques qui se chargent de la traduire à leur manière : « Without the shitting duck… » ( « sans le canard chieur…»). Le prototype original a été égaré en cours de route, mais il en existe de nombreuses descriptions, dont celle de son inventeur: « Je ne prétends pas donner cette digestion pour une digestion parfaite, capable de faire du sang et des parties nourricières pour l'entretien de l'animal; on aurait mauvaise grâce, je crois, à me faire ce reproche. Je ne prétend qu'imiter la mécanique de cette action en trois choses, qui sont : 1° d'avaler le grain; 2° de le macérer, cuire ou dissoudre; 3° de le faire sortir dans un changement sensible ».

Jacques de Vaucanson a créé de nombreux mécanismes dont le célèbre Flûteur Automate, qui joue de la flûte traversière et le Joueur de Tambourin, qui a lui aussi disparu au début du XIXe siècle. Sa collection est le premier dépôt public fait au Conservatoire des Arts et Métiers à Paris. Depuis 1998, une réplique du Canard de Vaucanson, fabriquée par Frédéric Vidoni, est exposée au Musée des automates de Grenoble.

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !
2 lien(s) pour “Un robot du 18ème siècle: le Canard Digérateur”
  1. http://cyborglitteraire.com/page-mere-01/chapitre-1-pour-une-litterature-cyborg/canard/
  2. http://campustechno.net/mod/forum/discuss.php?d=5563
Suggestion de mots-clefs : canard digérateur ; le canard de vaucanson ; robot canard ;
Discussions
Pas d'avis pour “Un robot du 18ème siècle: le Canard Digérateur”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié