©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Histoire d'un sabre japonais du 6ème siècle

Après les samouraïs, nous nous intéressons aujourd'hui à leur arme fétiche. Notre curiosité du jour, en effet, est un sabre de 75 cm datant du 6ème siècle et trouvé dans la tombe G6, dans la nécropole de Motooka, dans l'arrondissement de Nishi-ku (littéralement quartier ouest) à 15 km du centre de Fukuoka, à la pointe nord de l'île de Kyūshū. Sa découverte à été annoncée le 21 septembre dernier par les autorités locales. L'intérêt de cette arme tient au fait qu'elle porte un ensemble d'inscriptions qui sont les traces les plus anciennes de l'utilisation du calendrier Genka dans les îles nipponnes.


Les 19 kanjis de 5 mm (sinogrammes empruntés à l'ethnie chinoise Hàn et utilisés en langue japonaise) gravés sur le sabre indique que celui-ci a été fabriqué le 6 janvier 570, selon le calendrier Yuanjia (calendrier Genka en japonais), rédigé par l'astronome et mathématicien chinois He Chengtian (V. 369-447). En usage en Chine à partir de 443 et jusqu'en 509, le Genkareki est apporté au Japon, via le royaume de Baekje ou Paekche (selon l'orthographe choisie) sur la péninsule coréenne. Si on en croit les chroniques japonaises du 8ème siècle, il aurait été introduit en 554. Néanmoins, les historiens pensent que le calendrier Genka aurait pu être utilisé au Japon bien plus tôt, peut-être sous le règne de L'empereur Yūryaku (457-479). Mis officiellement en application sous le règne de l'impératrice Jitō (686-697), il reste en vigueur jusqu'en 1872, date à laquelle il est remplacé par le calendrier grégorien.
Ce calendrier lunaire se compose d'une alternance de mois longs (30 jours) et courts (29 jours). L'ordre de leur succession est néanmoins arbitraire et n'est pas annoncé à l'avance. Tous les 3 ans, s'ajoute un mois intercalaire, de façon que le Nouvel An tombe à la bonne période.
Les caractères kanjis, gravés sur le sabre avec des fragments d'or et d'argent, indique de celui-ci a été façonné le « 6ème jour du premier mois, qui était le jour du kôin dans l'année du kôin ». Dans le système calendaire chinois, le kôin représente une combinaison d'un des 5 éléments naturels et d'un des 12 signes du zodiaque. L'année du Koin revient tous les 60 ans. La seule année du Koi correspondant à la période de datation est 570. Le jour du Koin tombait alors le 6 janvier.


L'analyse des ornements en terre cuite trouvés dans la tombe G6 permet de dater la sépulture au milieu du 7ème siècle. Cela montre que le sabre a été placée dans la tombe, plusieurs générations après sa fabrication. Les objets exhumés sur le site de Motooka, comprenant des armes et du matériel d'équitation, indiquent que les individus enterrés dans cette nécropole étaient liées au régime Yamato (250-710). Il s'agissait sans doute de personnalités influentes, proches du gouvernement de Kyūshū et ayant participé à l'envoi de troupes militaires dans le royaume de Baekje voisin. La chambre funéraire en piere mesure 18 mètres de diamètre au total. Les archéologues y ont également trouvé des boules en cristal, des perles en verre et des boucles d'oreilles en bronze.

Située au carrefour de la Chine et de la Corée, Fukuoka est réputée être la plus ancienne ville nippone. Cette théorie s'appuie sur le Kojiki (Chronique des faits anciens), un recueil de mythes concernant l’origine des îles japonaises. Il est vrai néanmoins que, parmi les nombreux sites archéologiques du Japon, plus de 950 sont situés dans la région de Fukuoka. Les archéologues y ont exhumé les vestiges les plus anciens de colonies n'appartenant pas à la civilisation Jōmon.
Six autres sabres du même type ont été exhumés avant la fin des années 1980. Parmi ses armes portant des inscriptions, trois seulement donnaient des indications de dates. Celui découvert en septembre dernier sera exposé au Centre Archéologique de Fukuoka, jusqu'au 9 octobre 2011.

Sources:
Sword hints at spread of calendar use in Japan. The Daily Yomiuri
Sword unearthed bearing Chinese sign for year 570. The Mainichi Daily News
Sword bears oldest use of calendar. The Japan Times

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : sabre chinois periode han ; sabre japonais ; le plus vieux sabre japonais ;
Discussions
Pas d'avis pour “Histoire d'un sabre japonais du 6ème siècle”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié