©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Nicomedus, Kansas : la ville des pionniers afro-américains

Nicomedus est une ville fantôme, située au nord du comté de Graham dans le Kansas. Son originalité tient au fait qu’il s’agit de des seuls vestiges encore existants d’une colonie afro-américaine à l’ouest du Mississipi. La Nicodemus Town Company a été fondée en 1877, par W.R. Hill, un promoteur blanc, et W.H. Smith, un pasteur noir. La ville doit son nom à une figure légendaire de l’histoire de la traite des Noirs, arrivée par bateau avec d’autres esclaves, et qui aurait plus tard acheté sa liberté.


Hill et Smith s’associe à un certain Benjamin "Pap" Singleton (1809-1892), un ancien esclave originaire du Tennessee. Cet homme d’affaires et activiste célèbre organise l’exode des familles noires depuis son état natal et celui du Kentucky. Le premier habitant, le Reverend Simon P. Roundtree, arrive à Nicodemus le 18 juin 1877. Zack T. Fletcher et son épouse, Jenny Smith Fletcher (la fille du pasteur W.H. Smith), s’installent en juillet et, en octobre de la même année, chez Mr. et Mrs. Henry Williams, nait le premier enfant noir de Graham County. En 1880, la ville compte déjà 500 habitants, une banque, deux hôtels, trois églises, trois épiceries et un drugstore. Nicodemus s’est même pourvu d’un journal local. La communauté continue de prospérer pendant trois ans, puis les colons commencent à quitter la région.


Les raisons principales de cet abandon progressif sont liées au climat imprévisible du Kansas, dont les conséquences sur l’agriculture sont néfastes, et à l’absence de chemin de fer rendant les approvisionnements difficiles. En mars 1887, pour remédier à leur situation sans issue, les citoyens de Nicodemus vote en faveur d’une souscription de 16 000 dollars, destinée à attirer l’Union Pacific Railroad. Malheureusement, les deux parties ne parviennent pas à s’accorder et la ligne de chemin de fer est construite à plus de six miles (une dizaine de km) au sud, à Virgil Gay Bogue (actuelle ville de Bogue). De nombreux résidents de Nicodemus décident alors de déménager le long de la voie ferrée. C’est ainsi qu’à la fin des années 1800, la population chute à une centaine d’habitants.


La Grande dépression de 1929 et les années de sécheresses qui suivent (en 1932, 1933 et 1934) réduisent encore le nombre de résidents de Nicomedus. En 1935, la ville ne compte plus que 76 âmes et en 1950, ce chiffre tombe à 16. Le bureau de poste ferme ses portes, trois ans plus tard. Finalement, Nicomedus est inscrite sur la liste des Paysages historiques Nationaux en 1976, puis sur celle des Sites Historiques Nationaux, vingt ans plus tard. De nos jours, la ville accueille une vingtaine d’habitants permanents.


Sources :
Nicodemus, A Black Pioneer Town de Kathy Weiser sur Legends of America
Nicodemus sur le site de la Robinson Library

Images:
1/ Nicomedus en 1885. Kansas Memory
2/ Henry Williams et Reece Switzer, premiers résidents de Nicomedus. The Library Of Congress
3/ Jenny Smith Fletcher,la première institutrice de Nicomedus. The Library Of Congress
4/ Plan de l’Union Pacific, branche de Plainville (départ à Salinas et arrivée à Oakley). Graham County Historical Society
5/ et 6/ Prospectus publicitaires invitant les migrants de couleur à ce rendre à Nicomedus dans le Kansas. Avril et Septembre 1877. Kansas Memory

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : banque ; ville de nicodemus ; LA TRAITE DES NOIRS ;
Discussions
Pas d'avis pour “Nicomedus, Kansas : la ville des pionniers afro-américains ”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié