©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Le périple du 25ème régiment d'infanterie à bicyclette

Cet été, en visitant le musée de Missoula dans le Montana, nous avons découvert l'histoire du 25ème corps d'infanterie à bicyclette, une unité de l'armée américaine composée de soldats afro-américains qui, à la fin du 19ème siècle, réalisa un périple de 1 900 miles (plus de 3 000 km) en 41 jours, depuis Fort Missoula jusqu'à Saint-Louis dans le Missouri.


Le 25ème régiment d'infanterie à Fort Missoula, 1886. Archives Nationales. Historical Museum at Fort Missoula


A la fin du 19ème, la popularité croissante de la bicyclette commence à attirer l'attention des militaires américains. Dès 1892, le général Nelson A. Miles (1839-1925), en tant que commandant en chef de l'armée, recommande la création d'une brigade cycliste afin de tester les potentialités de ce nouveau moyen de locomotion dans le cadre d'un usage militaire. Cette unité devra acquérir une bonne connaissance du terrain, c'est-à-dire de la topographie, de l'état des routes et des sources d'approvisionnement. C'est ainsi que le 12 mai 1896, le lieutenant James A. Moss, lui-même adepte du deux-roues, reçoit l'ordre officiel d'équiper le 25ème régiment d'infanterie. Cette unité, arrivée à Fort Missoula en 1888, est l'une des quatre troupes créées après la guerre civile (réduites à deux en 1869) qui sont composées de soldats noirs et d'officiers blancs.
Les vélos sont fournis par Spalding, une société d'articles de sports fondée à Chicago en 1876. Ils sont équipés de selles ergonomiques et de portes-bagages. Les fantassins portent leurs fusils en bandoulière sur l'épaule (plus tard, ils seront accrochés à la barre horizontale du cadre de la bicyclette) et 50 cartouches de munitions. Les couvertures sont enroulés à l'avant, près du guidon. Les vélos pèsent 15 kg à vide et 25 avec l'ensemble du matériel.


1/Le cadet James A. Moss à West-Point, 1894. 2/Le Major-general Nelson A. Miles. Circa, 1900. 3/Publicités pour les vélos Spalding, Circa, 1895. 4/Le 25ème régiment d'infanterie à bicyclette au parc national de Yellowstone, Août 1896. Archives Nationales. Historical Museum at Fort Missoula


L'entraînement préliminaire consiste en plusieurs circuits de distances croissantes. La première épreuve est un trajet de 200 km aller-retour jusqu'au Lac McDonald, dans l'actuel parc National de Glacier. Neufs hommes sont désignés. Partis de Missoula le 6 août 1896, ils reviennent au bout de trois jours, après avoir affronté de fortes pluies, l’enlisement des vélos dans la boue et de nombreuses pannes. Après quelques jours de repos, le lieutenant Moss établit un second itinéraire de 1 300 km. Ce circuit traverse les rocheuses pour rejoindre Fort Yellowstone dans le Wyoming. Les routes sont en mauvais état ou inexistantes et il faut neuf jours aux soldats pour atteindre leur destination (du 15 au 24 août 1896), sans compter le voyage de retour. Fort du succès de son unité, le Lieutenant Moss envisage de tester la résistance de son unité sur une distance encore plus longue incluant des étapes de haute et de basse altitude, des climats chauds et humides, ainsi que plusieurs types de routes (grands axes, chemins pavés, pistes forestières, etc).
Le lieutenant Moss demande au département chargé de l’approvisionnement de l'armée d'organiser le ravitaillement de ses troupes et de placer des provisions tout le long du parcours, à 100 miles d'intervalle (environ 160 km). Les rations militaires règlementaires comprennent du bœuf en conserve, du bacon, des haricots secs, du café, de la farine, du sel et du poivre. Le 25ème régiment d'infanterie part néanmoins avec deux jours de provision, puisqu'il est prévu des étapes quotidiennes de 50 miles (80 km). Chaque fantassin porte également un équipement comprenant une couverture, des poteaux de tente, un ensemble de sous-vêtements, deux paires de chaussettes, un mouchoir, une brosse à dent, un peigne, une serviette, du savon et une boîte d'allumettes. A cela s'ajoute les armes : un fusil Krag-Jørgensen et des munitions. Enfin, deux vélos transportent des conteneurs spéciaux pour les poêles, ainsi qu'une grande boîte en métal pour les outils et les pièces de rechange.


Fort Missoula vers 1890. University of Montana-Missoula


La compagnie quitte Missoula le 14 juin 1897 à 5h30, juste après l'appel du matin. Le médecin militaire James M. Kennedy l'accompagne en tant que commandant en second. Les vingt soldats sélectionnés sont divisés en deux escouades, dirigées par les caporales William Haynes et Abram Martin, tandis que le Sergent Mingo Sanders supervise les opérations. Le mécanicien s’appelle John Findley. Enfin les militaires sont suivis par le journaliste Edward ("Eddie") H. Boos, correspondant du Daily Missoulian. L'age moyen des soldats est de 27 ans. Le plus vieux étant âgé de 39 ans et le plus jeune de 24 ans.
Dès le départ, le périple s'annonce comme un véritable calvaire. James A. Moss écrit dans son rapport que sa division a souffert tour à tour de l'humidité, de la chaleur, de la soif, de la faim et de la fatigue. Par ailleurs, les routes sont si mauvaises que, la plupart du temps, les fantassins doivent descendre de leur vélos et les pousser le long des voies ferrées de la Northern Pacific Railroad.


Le 25ème régiment d'infanterie à Mammoth Hot Springs dans le parc national de Yellowstone, Août 1896. Haynes Foundation Collection, Research Center Photograph Archives, Montana Historical Society


Le premier jour, les cyclistes font les frais du mauvais temps. Les fortes pluies rendent le chemin boueux et ils sont obligés de rouler dans l'herbe sur le bas coté. Le ciel d’éclairci vers 15h00 et le lieutenant Moss décide de leur accorder une heure de pause. Les fantassins avalent néanmoins 54 miles (un peu plus de 85 km) dans la journée. Durant la nuit, la pluie transforme le parcours en torrent de boue, rendant la route impraticable. Les soldats l'abandonnent pour suivre la voie ferrée. Le quatrième jour, vers midi, l'unité atteint les crêtes montagneuses du « Continental Divide ». A ce stade, ils sont confrontés au froid, au gel et à la neige qui réduisent la visibilité à moins de 6 mètres. Entre le territoire des indiens Crow et Fort Custer (entre Billings et Hardin dans le Montana), les mauvaises conditions météorologiques rendent le trajet si difficile que les soldats n'avancent que de 3 miles (environ 5 km) en 6 heures. Les provisions, prévues pour deux jours, commencent à faire défaut. Épuisés et affamés, ils arrivent le 25 juin au soir sur le site historique de la bataille de Little Bighorn.
L'approvisionnement en eau devient un problème crucial lorsque la division traverse le Wyoming, le Dakota du sud et le Nebraska. La seule source d'eau potable est fournie par les réservoirs transportés par train. Lorsque les soldats sont trop éloignés des voies ferrées, ils leur est donc impossible d'y accéder. Ils n'ont pas d'autre choix que de s'abreuver dans des points d'eau douteux et certains tombent malades. Le 29 juin, Moss écrit dans son journal, que les soldats ont roulé pendant 20 miles (32 km) sous un soleil de plomb. Vers 14h00, ils s'arrêtent à Gillette (Wyoming) pour déjeuner. La plupart des hommes sont si fatigués qu'ils s'endorment immédiatement. Or, le lieutenant apprend que le prochain point d'eau est situé à Moorcroft, à plus de 30 miles (une cinquantaine de kilomètres) de là. L'unité repart aussitôt. A 19h00, elle n'a parcouru que 16 miles (25 km). La nuit tombe et un cycliste vient de casser l'essieu avant de son vélo. Le temps manque pour les réparations, aussi il n'a pas d'autre choix que de poursuivre à pied en poussant son engin.
Le 25ème régiment d'infanterie à bicyclette arrive à Crawford, dans le Nebraska, le 3 juillet soit juste à temps pour les célébrations de la fête nationale (le 4 juillet). Ils poursuivent ensuite leur route vers l'est, à travers les plaines du Nebraska, où les fortes chaleurs aggravent le problème de l'approvisionnement en eau. Les températures diurnes sont si élevées que les hommes doivent partir à l'aube. Ils pédalent jusqu'en milieu de matinée et s'arrêtent lorsqu'il fait trop chaud. Quand les conditions le permettent, l'unité voyage au clair de lune.
A 9 miles (15 km) de la ville d'Alliance, lieutenant Moss succombe aux méfaits de l’absorption d'eau alcaline. Pendant les 4 jours suivants, le temps de sa guérison, c'est le docteur James M. Kennedy qui le remplace à la tête de la troupe. C'est durant cette période que les cyclistes sont confrontés aux plus fortes températures. Le 7 juillet, le thermomètre affiche 110 °F, soit 43 degrés Celsius. La moitié des soldats sont malades et la troupe avance au prix d'effort sur-humains.
Néanmoins, le 25ème régiment d'infanterie est accueilli triomphalement dans chaque ville qu'il traverse et, en dépit de toutes les difficultés qu'il rencontre, arrive à Saint-Louis le 24 juillet 1897. Des centaines de cyclistes amateurs, se sont portés à la rencontre des fantassins pour les soutenir physiquement et moralement. Au cours des jours suivants, des milliers de particuliers se rendent sur-place pour visiter le campement et célébrer l'exploit du 25ème régiment d'infanterie.


Un vélo. Musée d'histoire de Fort Missoula


Le lieutenant souhaite éprouver encore ses hommes et poursuivre le voyage jusqu'à Minneapolis dans l’État du Minnesota mais le général Miles est absent et la permission ne lui est pas accordé. Le 19 août 1897, les soldats de la 25ème compagnie d'infanterie à bicyclette embarque donc dans le train qui doit les reconduire à Fort Missoula, tandis que les vélos sont réexpédiés à la société Spalding. Selon le rapport de James Moss, le périple à démontré que l'unité à vélos peut voyager deux fois plus vite que la cavalerie, dans des conditions topographiques identiques, et à un coût inférieur d'un tiers. L'officier remarque que les cyclistes peuvent être particulièrement utiles dans des situations nécessitant rapidité d'action et un nombre restreint d'hommes mobiles. Selon lui, ce type d'unité est approprié dans le cas de prise de position stratégique, comme le contrôle de ponts ou de passes montagneuses. Les vélos sont plus discrets que les chevaux car ils sont moins bruyants et moins visibles (ils soulèvent moins de poussière).
Le 7 février 1898, le lieutenant Moss réclame l'organisation d'un nouveau périple à bicyclette, avec pour but un circuit reliant Fort Missoula à San-Francisco en Californie. Son projet est soutenu par le Colonel Andrew S. Burt qui souhaite donner une vision favorable des soldats afro-américains. Malheureusement, la Guerre hispano-américaine (avril-août 1898) imminente focalise l'attention des autorités militaires et le projet ne sera jamais entériné. Les hommes du 25ème régiment d'infanterie sont parmi les premiers appelés sur le champ de bataille. Ils sont envoyés à Cuba et aux Philippines.



Sources:
Black Bicycle Corps sur le site du musée historique de Missoula
Hell on Two Wheels: The 25th Infantry Bicycle Corps dans On Point: The Journal of Army History
U.S. Army's 25th Infantry Bicycle Corps: Wheels of War sur Historynet.com
Les blogs de Mike Higgins : The 25th Infantry Bicycle Corps, Riders of The Bicycle Corps et The Bicycle Corps in Yellowstone Park.

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : infanterie cycliste ; 25ème régiment d'infanterie ; bicyclette militaire 1892 ;
Discussions
1 avis pour “Le périple du 25ème régiment d'infanterie à bicyclette”
  1. Drôle d'histoire !

    Par Tekiro | mardi 16 août, 10:06
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié