©

Homo erectus, le premier maître queux de l'humanité

L'un des éléments qui distingue l'homme de l'animal est la capacité du premier à cuisiner les aliments qu'il consomme. La question est de savoir depuis quand nos lointains ancêtres maîtrisent-ils les arts culinaires. 1,9 millions d'années, selon Zarin Machanda, Chris Organ et Charles Nunn, chercheurs au sein du département d'anthropologie biologique de l'Université d'Harvard.

Ce n'est donc pas l'homme moderne (Homo sapiens) qui a inventé la cuisine mais Homo erectus, son parent. Les résultats de l'étude ont été publiés le 22 août dernier dans la revue scientifique PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) éditée par l'Académie américaine des sciences.

L'habilité du genre Homo à faire la cuisine n'est pas une compétence mineure, elle a permis à Homo erectus, Homo neanderthalensis et Homo Sapiens de faire un énorme saut dans l'échelle de l'évolution pour se différencier de leur cousin chimpanzé et des autres primates. En théorie, l'homme moderne devrait consacré 48% de son temps à se nourrir; cette activité incluant le temps de mâcher, d'avaler et d'ingérer la nourriture. La cuisson des aliments permet de réduire cette durée de 10%, soit 4,7% de l'activité humaine. Le temps gagné sur la mastication et l’ingestion des aliments a été consacré à d'autres activités, comme la chasse et la recherche d'aliments de meilleure qualité ou la fabrication d'outils pour les préparer. Ainsi, non seulement le fait de cuisiner à permis à nos ancêtres de consommer plus de calories et de consacrer leur temps libre à des activités plus évoluées, mais il a entraîné une évolution physique des hominidés, comme une augmentation de la taille du cerveau et une réduction de l'intestin. Enfin, la pratique de la cuisine s'est soldée par un développement des activités sociales autour du foyer.

Afin de déterminer la date exacte à laquelle le genre Homo est passé derrière les fourneaux, les chercheurs américains ont étudié les squelettes de 14 ancêtres de l'homme moderne. Ils ont comparé leurs caractéristiques physiques et, en particulier, la taille de leurs molaires. La phylogénie a ainsi montré qu'Homo erectus et Homo neanderthalensis consacraient quotidiennement autant de temps à manger qu'Homo Sapiens. En revanche, la réduction de la taille des molaires d'Homo habilis et d'Homo rudolfensis s'explique par l'évolution et la taille du corps et non par leur habilité à cuisiner.

Image: La Guerre du feu de Jean-Jacques Annaud, 1981.

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : Homo Erectus Activité Physique ; poésie pour un maitre queue ; homo neanderthalensis taille ;
Discussions
1 avis pour “Homo erectus, le premier maître queux de l'humanité”
  1. Intéressant, ça me fait penser à la paléodiet: C'est essayer de manger à l'heure actuelle ce que mangeait nos ancètres préhistoriques.

    En gros c'est limiter les glucides parce qu'à l'époque, la culture des céréales n'existaient pas, et ne pas diaboliser les gras saturés, cholestérol cecicela...

    Ca va on peut manger chaud avec la paléodiète si nos lointain parents avaient inventé la cuisine, on n'est pas obligé de manger la viande crue Rigole

    http://www.marksdailyapple.com/ <-- c'est avec ce site que j'ai découvert la paléodiète donc je partage le lien

    Par Kao Bang | jeudi 25 août, 08:46
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié