©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

La Pyramide de Djédefrê est-elle un temple solaire ?

Lors d'une conférence à Toronto, le 29 avril dernier, l'égyptologue Michel Baud, responsable de la section Nubie-Soudan du département des Antiquités au Musée du Louvre, a présenté les résultats de sa dernière campagne de fouilles en Égypte, à 8 km au nord-ouest du plateau de Guizeh. Sur le site d'Abou Roach (ou Abou Rawash), le pharaon Djédefrê (le fils et successeur de Khéops) a fait bâtir une pyramide restée inachevée. Le Professeur Baud, remet en cause la théorie de Vassil Dobrev (chercheur à l'Institut Français d'Archéologie Orientale au Caire), selon laquelle il s'agirait en réalité un temple solaire.

Les historiens estiment que le règne de Djédefrê (vers -2528 / -2518) a duré 11 ans et qu'il a construit une nécropole à Abou Roach. Malheureusement, son passage vers l'au-delà ne s'est pas très bien passé. Durant la période romaine (il y a environ 2000 ans), le site a été converti en carrière et les pierres du monument ont été recyclées pour la construction d'autres structures. A la fin du 20ème siècle, la nécropole a servi de camp militaire et il n'en reste plus grand chose de la pyramide. Néanmoins, depuis quelques années, une mission franco-suisse, s'attache à reconstituer le puzzle et à décrypter les mystères qui gisent sous les vestiges du monument.


La pyramide de Djédefrê, qui mesure 103 mètres de long, est loin d'être aussi imposante que la Grande pyramide de Khéops, mais se rapproche des dimensions de celle de Mykérinos (la plus petite des trois pyramides de Guizeh). Selon Michel Baud, il n'est pas si étonnant que le pharaon ait choisi un site différent de celui de son père. En réalité, ce qui est étrange, c'est plutôt la volonté de Khéphren, le demi-frère de Djédefrê, de se faire inhumer près de Khéops. L'égyptologue français ajoute que, contrairement à l'idée reçue, la structure de la pyramide elle-même, ne présente rien d'inhabituel. Les chercheurs évaluent l'angle du monument entre 50° et 52° degrés, soit une pente équivalente à celle de la pyramide de Khéops. L'ensemble architectural comprend un temple mortuaire, des pyramides satellites situées à l'intérieur et à l'extérieur des murs, ainsi qu'un escalier conduisant à la chambre funéraire.

Le plan de la pyramide présente toutefois deux anomalies majeures. La première concerne la chaussée qui devait relier le complexe à un temple extérieur. La route a été construite en direction du nord, plutôt que vers le sud, comme s'était la coutume. Selon Michel Baud, la raison de cette divergence peut-être liée à des contraintes topographiques. La seconde surprise, plus difficile à expliquer, est la présence de bâtiments qui semblent être des logements réservés aux prêtres. Habituellement, ces structures sont situées dans la vallée et non à proximité de la pyramide. Parmi les éléments qui ont suscité de nombreuses interrogations, ajoute le chercheur français, il y a le fait que la pyramide n'était pas terminée à la mort du pharaon. Néanmoins, les énormes piles de granit, trouvées au pied du tombeau, indiquent qu'il était avancé au moins de moitié.
L'équipe de fouille a acquis la certitude que la construction de la pyramide a démarrée dès l'accession de Djédefrê au trône d'Égypte. Parmi les indices qui confirment cette théorie, les signes peints dans le couloir conduisant à la chambre funéraire, et qui datent de la 1ere année de règne du pharaon.


Les archéologues sont également convaincus que le monument était liée, d'une manière ou d'une autre, à un culte solaire. Ils ont, en effet, exhumé de nombreux fragments provenant d'une statue en quartzite, une roche associée au soleil chez les anciens Égyptiens (sa couleur violette était assimilée aux rayons diffusés par l'astre). Le professeur Baud précise qu'il a confié la reconstitution de la fameuse statue à un égyptologue biélorusse. Le puzzle compte effectivement plus d'un millier de fragments. Si l'hypothèse selon laquelle la pyramide est associée à un culte solaire ne fait pas de doute, les chercheurs rejettent cependant l'idée qu'il s'agit d'un temple entièrement dédié à cet astre. Ils s'opposent donc à la théorie proposée par Vassil Dobrev, lors d'une interview accordée au journal Newsweek, il y a deux ans. Les Égyptiens ont effectivement construit des temples solaires, mais leur structure n'est en rien comparable à celle de la pyramide de Djédefrê.

Source: Heritage Key

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !
1 lien(s) pour “La Pyramide de Djédefrê est-elle un temple solaire ?”
  1. http://pyramidales.blogspot.com/2010/05/au-cur-dune-pyramide-une-mission.html
Suggestion de mots-clefs : djedefre ; djedefre pharaon ; pyramide djedefre ;
Discussions
Pas d'avis pour “La Pyramide de Djédefrê est-elle un temple solaire ?”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié