©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Les tapisseries tournaisiennes de Pastrana (15ème siècle)

Notre curiosité du jour est une série de quatre tapisseries relatant la compagne militaire du roi Alphonse V de Portugal (1432-1481) et de son fils Don Juan au Maroc. Celle-ci se solde par la prise d’Asilah, le 24 août 1471, puis de Tanger, 5 jours plus tard. Ces œuvres, qui appartiennent au musée de la paroisse collégiale de Notre-Dame de l'Assomption à Pastrana (Espagne), ont été restaurées à la Manufacture royale De Wit à Malines (Belgique) à l’initiative de la Fondation Carlos de Amberes. Elles ont ensuite été exposées à Bruxelles (Musée du Cinquantenaire) puis à Tolède et à Madrid, avant d’arriver à Washington aux États-Unis.


A l’instar de la tapisserie de Bayeux, les quatre panneaux présente un récit historique proche de nos bandes dessinées actuelles, avec des inscriptions ou phylactères en latin. Ces tapisseries monumentales (11 mètres de long sur 4 de large chacune) auraient été réalisées en 1472 (soit très peu de temps après la fin des combats), à la demande du roi Alphonse V, dans les ateliers de tissage Passchier Grenier à Tournai (Belgique). Leur trajet jusqu’à Pastrana reste floue mais les historiens pensent qu’elles faisaient partie du butin de guerre lors de la bataille de Toro qui opposa en 1476, Isabelle la catholique et Alphonse V, ou que le noble portugais Rui Gomes da Silva (1516-1573), prince d’Eboli puis duc de Pastrana, les auraient offertes au roi Philippe II d’Espagne (1527-1598) dont il était l’un des conseillers. La collégiale de Pastrana les aurait finalement reçues en don en 1667.


Les tapisseries représentent huit jours de bataille depuis le débarquement à Asilah (renommée Arzila par les Portugais), le 20 août 1471 jusqu’à l’entrée dans Tanger le 28 août. Sur le premier tableau, l’artiste (resté anonyme) a représenté l’arrivée des attaquants avec leurs bateaux et leurs armures. Selon les estimations, la flotte portugaise aurait compté 400 navires et 30 000 hommes. Néanmoins, la traversée ne fut pas de tout repos et plus de 300 soldats auraient périt en route. On aperçoit les noyés sur la tapisserie. Le second et le troisième tableaux évoquent l’encerclement puis la prise de la ville Asilah. Ici, le roi Alphonse V aurait perdu encore 2 000 hommes. La dernière tapisserie est dédiée à l’entrée des troupes portugaises à Tanger. On sait que la cité se rendit sans combat.


Les quatre tapisseries tournaisiennes de Pastrana sont présentées au Meadows Museum à Dallas jusqu’au 13 mai 2012. Elles seront ensuite exposées au Museum of Art de San Diego puis à Indianapolis. On peut également se procurer le catalogue de l’exposition intitulé The Invention of Glory: Afonso V and the Pastrana Tapestries (Hudson Hills Press Inc., janvier 2012, 104 pages)




Images:
1. Débarquement à Asilah (détail)
2. siège d'Asilah (détail)
3. Prise d'Asilah (détail)
4. Conquête de Tanger

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !
1 lien(s) pour “Les tapisseries tournaisiennes de Pastrana (15ème siècle)”
  1. http://ostdudauphin.forumperso.com/t1443-les-tapisseries-tournaisiennes-de-pastrana-15eme-siecle
Suggestion de mots-clefs : tapisseries de pastrana ; tapisseries Pastrana ; humeur 15 émé siècle ;
Discussions
Pas d'avis pour “Les tapisseries tournaisiennes de Pastrana (15ème siècle)”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié